Le trading : pour ou contre ?

Ce mois-ci, nouvelle expérience en investissement : le trading ! Et le trading, ce n’est pas à proprement parler de l’investissement, on parle plutôt de spéculation.

Pour ceux qui ne sont pas au courant, j’ai ouvert cet été un PEA, ou Plan Epargne en Actions. A ne pas confondre avec le PEL (Plan Epargne Logement). Tout comme celui-ci, le PEA est un produit bancaire français règlementé. Vous pouvez un détenir un seul dans une seule banque.

Au départ, je l’avais juste ouvert afin de prendre date (la fiscalité devient avantageuse après l’anniversaire des 5 ans) et pour simplement placer mon argent sur des trackers en gestion passive. Concrètement, cela revient à acheter tous les mois une micro-part de plus de 1500 entreprises, dans le but de les garder très longtemps, plus de 10 ans. C’est donc de l’investissement.

Eh oui, ça aussi c’est la Bourse. Ce n’est pas que les « Loups de Wall Street » et les traders sous coke qui passent leurs journées à suivre le cours des actions. Ces gens-là achètent bas et revendent haut, ils gagnent donc une plus-value (PV) à la revente. Ce sont des traders qui font de l’achat-revente à court terme. C’est de la spéculation (ils n’achètent que dans l’espoir que ça prenne de la valeur). A opposer à l’investissement.

TRADINGTRACKERS/ETF/FONDS INDICIELS
Court terme (quelques heures, jours, semaines)Long terme (>10 ans)
SpéculationInvestissement
Risque concentré sur quelques actionsPortefeuille très varié

Les deux ont leurs avantages et inconvénients, tout dépend du point de vue et des intérêts de tout à chacun. Voici mon expérience.


Cela faisait quatre mois que je me faisais la main sur un ETF World. En parallèle, je me suis fortement intéressé à l’immobilier locatif : podcasts, blogs, vidéos… Rêvant de studio en LMNP et d’IDR, c’est au détour d’une interview d’un « pro de l’immo » que j’ai découvert la botte secrète pour franchir un cap en immo : faire de l’achat-revente. Acheter un vieux bien pas cher, faire des travaux et revendre cher. C’est ce qu’on appelle les marchands de bien. Et il y a tout un marché parallèle pour ces opérations-là.

Il faut savoir que l’immobilier et les actions, sont deux actifs bien différents mais pourtant très similaires (JCVD, si tu me lis). L’un deux est la plus-value (PV pour les intimes). A l’image du trading, être marchand de bien revient à acheter bas et revendre haut en un court intervalle de temps, donc à se faire une PV. « Et pour quoi faire? » me direz-vous. Vous l’avez dans le mille, tout simplement pour se faire un petit pactole bien sympathique afin de financer une nouvelle opération.

Personnellement, n’ayant pas (encore) les moyens d’être marchand de bien, je me suis dit un moment : « Mais Jamy, pourquoi ne pas répliquer le principe sur mon PEA ? ». Et c’est ti pas que j’ai commencé à trader. (A ce moment-là je pensais avoir trouvé une idée de génie, mais c’est en fait un métier qui existe depuis la nuit des temps).

Donc je suis devenu trader du dimanche. Go go go sur Boursorama et Zone Bourse, mes deux sites préférés pour les actions. Le premier car il est très simple, le deuxième car il est fait « pro ». Voici ma méthode :

  1. Trouver une action sous-évaluée (« en solde »)

Une action sous-évaluée vaut moins sur les marchés que sa valeur réelle. Et il y en a plein. Comment les trouver ? Eh bien la plupart des sites de Bourses propose leurs consensus d’analystes. Car, oui, il y a des personnes altruistes sur cette Terre qui partagent leurs connaissances et te donnent les bons plans. Bref, voici par exemple le classement de Boursorama ce jour-ci :

Vous pouvez filtrer les entreprises par indices : CAC40, SBF120, CAC, etc. Ces indices regroupent le top des entreprises en terme de capitalisation, avec différents découpages. Ne surtout pas hésiter à s’amuser avec les listes déroulantes, je vous rappelle que l’on cherche des entreprises sous-évaluées, pas des premières de la classe.

Je vous invite maintenant à exercer un click qualitatif sur la colonne qui nous intéresse, « Potentiel« , deux fois, pour trier les entreprise par leur potentiel dans l’ordre décroissant. Cette colonne indique le potentiel de croissance dans les trois prochaines mois. Là, vous pourriez prendre la première de la liste. Que nenni. Je me suis fixé deux autres critères :

  • La recommandation (« Reco. ») : choisissez une entreprise pour laquelle les analystes ont majoritairement conseillé d’acheter l’action (vert foncé)
  • Le nombre d’analystes (Nb. Analystes) : recherchez des entreprises pour lesquels le consensus est fort (s’ils y seulement deux analystes qui recommandes, à votre place de passerais mon chemin).

Voici un exemple d’action à acheter en ce moment (fin Novembre 2020) : Orange

Du potentiel (+30%, c’est beaucoup!), et une trentaine d’analystes recommandent d’acheter. Fiable.

DISCLAIMER : les analystes n’ont pas de boule de cristal ! Ce n’est que du pif, de la spéculation. Rien ne sait ce que la vie réserve, tout peut arriver et il est possible que les +30% soient un doux rêve. Peut-être que l’action perdra même de la valeur dans les prochaines semaines à cause d’évènements internes ou externes à l’entreprise. Bref, un conseil général en investissement et d’autant plus valable avec le trading : n’investissez que de l’argent dont vous n’avez pas besoin.

Sinon, le magazine Le Revenu propose chaque semaine une revue des opérations conseillées sur quelques actions : acheter, vendre, conserver, etc.

2. Acheter une ou plusieurs actions

Vous avez fait la partie la plus dure. Une fois que vous avez identifié une ou plusieurs entreprises à fort potentiel de croissance, achetez les actions. Pour cela, passez par une banque ou un broker en ligne (eToro, Admiral Markets, etc.). Bien sûr, il faut créer un compte client à l’avance. Tuto dispo sur leurs site web je suppose, en tous cas pas sur ce blog.

3. *ETAPE IMPORTANTE* – Se fixer des limites

Conseil à retenir pour le trading : se fixer des objectifs. Par exemple, « je veux obtenir une PV de 60% » ou « je veux me faire 40€ » puis calculer la PV cible en pourcentage.

Eh oui, vous pourriez tout simplement vous dire : j’attend quelques semaines, je vais essayer de gagner le plus possible et attendre que ça monte encore. Oui… mais non. En fait, c’est comme l’histoire du mec qui chute d’une falaise et qui se dit « jusqu’ici tout va bien ». Et un beau jour, oh surprise, vous êtes en moins-value.

Dans la vie, il y a des situations comme celles-ci où il faut être méthodique : j’achète, je surveille jusqu’à atteindre la cours recherché, je revend, j’empoche la PV et je rachète. CQFD. Point à la ligne.

4. Suivre le cours

Là vous pouvez suivre tous les jours, soit vous fixez une alerte sur votre compte client soit sur n’importe quel site de Bourse (Yahoo! par exemple).

5. Revendre

L’objectif de cours est atteint, je revend et j’empoche la PV. Pareil, tutos dispo sur les plateformes.

6. Acheter

Warren Buffet vous le dirait le premier : utilisez le pouvoir des intérêts composés. Réutilisez vos PV dans de nouveau investissement, dans des trackers par exemple. Vous verrez rapidement l’effet « boule de neige ». Personnellement, j’ai fait 40% de PV avec l’action Total en 3 semaines, réinvestis dans d’autres actions à fort potentiel. Par contre, à l’heure où j’écris ces lignes je commence à me lasser… je pense revendre une fois l’objectif de cours atteint et acheter de l’ETF. La gestion passive c’est quand même confortable. En tout cas je ne veux plus voir cette poche Espèces remplie, compris ?!


En bref, j’ai fait du « stock picking » pour du « value investing » : j’ai choisi quelques actions à fort potentiel à moyen terme (horizon quelques mois) pour gagner une plus-value qui fait zizir. Je compare cette pratique avec les opérations de marchand de bien dans l’immobilier. Le but est le même : dégager une certaine somme pour passer un palier dans ses investissements.

J’ai commencé un jour en lisant un média sur les Finances qui préconisait d’acheter telle et telle action. Puis ça m’a amusé et j’ai continué, en choisissant moi-même les actions à fort potentiel. Ma meilleure opération est à ce jour l’action Total : +40% en 3 semaines. Je me suis fait 22€, que j’ai réinvestis dans d’autres actions promettantes. L’idée est de dégager une première somme puis de la faire travailler en la réinvestissant dans d’autres actions et ainsi de suite. Finalement en partant de quasiment rien (mise de départ : 50€) on peut rapidement monter.


Donc je suis POUR le trading à condition de se renseigner avant à travers pléthore de magazines/articles/vidéos et surtout de n’investir que de l’argent dont vous n’avez pas besoin. Dernier conseil : ne pas tout parier (car oui c’est un pari) sur le même poney. Diversifiez avec plusieurs actions promettantes : les analystes ne sont pas divins et ça arrive qu’ils se foirent dans leurs analyses. C’est le jeu.

Enfin, le trading est une pratique qui demande deux ressources : du temps et de la connaissances (qui elle même demande du temps, bref). Pas de soucis si vous comprenez un minimum ce que vous faîtes et si vous kiffez ça. Sinon, passez votre chemin et allez faire un tour du côté des ETF.


Et vous, c’est plutôt Team Trading ou Team ETF ? Réagissez en commentaire 😉